Skip to main content

1Qui nous sommes et pourquoi nous existons

Le mandat de CBC/Radio-Canada – renseigner, éclairer et divertir les Canadiens – est encore plus pertinent aujourd’hui, à l’ère de la prolifération des contenus à l’échelle mondiale, qu’à nos débuts dans les années 1930. À l’époque, le Canada s’inquiétait de voir la culture américaine engloutir son identité unique.

2X

1 $ pour CBC/Radio-Canada = 2 $ pour l’économie

Nos activités favorisent les emplois dans le secteur de la création et contribuent à l’économie locale. Chaque dollar investi dans CBC/Radio-Canada contribue à l’économie canadienne en créant une valeur ajoutée brute selon un multiplicateur économique de 2,11.

Voilà qui nous sommes et pourquoi nous existons.

Lire le chapitre 1

2Notre transformation 2020

Comme d’autres organisations médiatiques, CBC/Radio-Canada a été confrontée aux bouleversements sans précédent qui ont ébranlé l’industrie des communications et des médias. En 2014, nous avons lancé la Stratégie 2020: Un espace pour nous tous notre plan stratégique quinquennal visant à permettre au diffuseur public de relever les nombreux défis et de saisir les occasions qui se présentent à lui, ainsi que de renforcer sa présence à l’ère numérique.

16 M

d’utilisateurs canadiens en 2016

13,5 M

d’utilisateurs canadiens en 2015

12 M

d’utilisateurs canadiens en 2014

Nous sommes plus numériques que jamais et, à l’instar des Canadiens, nous n’avons pas l’intention de ralentir la cadence.

Plus de 16 millions de Canadiens accèdent à nos contenus tous les mois par l’intermédiaire de nos applications web, mobiles et natives – une hausse de 2,5 millions depuis 2015 et de 4 millions depuis 2014, année du lancement de la Stratégie 2020. Ainsi, nous nous rapprochons de notre objectif pour 2020 : attirer 18 millions d’utilisateurs canadiens chaque mois.

Cette année, Radio-Canada a lancé Première PLUS, un service reconnu pour son approche révolutionnaire de la découverte thématique de contenus audionumériques, et qui permet aux auditeurs d’accéder partout et en tout temps à un univers de contenu original. Au Canada, CBC Radio domine le marché de la baladodiffusion – ses balados sont téléchargés 1,7 million de fois par semaine.

Lire le chapitre 2

3Un avenir incertain

CBC/Radio-Canada est à la croisée des chemins. En 2015, après plus de deux décennies de compressions budgétaires, le gouvernement a commencé à renverser la vapeur. Cet engagement assure la transformation du diffuseur public en un espace public numérique. Ce réinvestissement démontre l’engagement du gouvernement envers le secteur culturel canadien et la radiodiffusion publique, et nous donne la marge de manœuvre dont nous avions bien besoin. Mais cela ne suffira pas à assurer notre avenir.

100 M$

Ainsi, Netflix a investi environ 100 millions de dollars américains dans les deux premières saisons de sa série House of Cards, encensée par la critique. En comparaison, cette somme équivaut pratiquement au budget annuel de la programmation télévisuelle hors nouvelles de Radio-Canada et de CBC.

Nous avons besoin d’une nouvelle approche du financement de la culture au Canada.

Tandis que l’efficacité de nos politiques et de nos mécanismes de financement s’effrite, et que le soutien financier à la création de contenu canadien diminue, la concurrence autour des contenus de qualité devient féroce. D’ailleurs, Netflix et Amazon ne se contentent plus de distribuer du contenu : elles allouent maintenant des budgets énormes à leur propre production partout sur la planète.

Cette nouvelle approche du financement de la culture doit comprendre les éléments suivants :

  • Une stratégie intégrée d’investissement dans la culture durable et pertinente;
  • Un meilleur soutien de la radiodiffusion publique afin qu’elle puisse servir de terreau à une culture canadienne florissante et dynamique;
  • Une approche pour réclamer d’une seule voix que les nouveaux médias contribuent au contenu canadien au même titre que les médias traditionnels.

Nous savons que cette stratégie peut fonctionner. C’est en grande partie la mission que s’est donnée le Royaume-Uni au cours des 25 dernières années, et les résultats sont impressionnants.

Lire le chapitre 3

4La BBC vs CBC/Radio-Canada

Le financement public accordé à la BBC – le diffuseur public au cœur des travaux de Creative Britain – a augmenté de façon soutenue ces 25 dernières années, venant appuyer la réussite de l’entreprise. A contrario, au cours de la même période, CBC/Radio-Canada a vu son financement stagner, voire décliner en dollars réels.

34 $

CBC / Radio-Canada par habitant

114 $

BBC par habitant

La BBC constitue un modèle probant de diffuseur public fort, stable et financé adéquatement. Elle sert les intérêts des auditoires nationaux et des différentes communautés qui les composent, tout en soutenant les ambitions internationales des secteurs culturels britanniques et en favorisant la vigueur de l’économie culturelle britannique.

Grâce à une stratégie culturelle intégrée combinée à des investissements soutenus dans la culture s’étalant sur une longue période, les industries culturelles font aujourd’hui partie intégrante de l’économie, la culture est plus vibrante que jamais, et la BBC est un symbole de qualité partout sur la planète.

Lire le chapitre 4

5Les avantages d'un diffuseur public

Nous avons de grandes ambitions pour les Canadiens. CBC/Radio-Canada veut être en mesure d’offrir aux Canadiens les services et les contenus qu’ils aiment et qui font, à leurs yeux, la valeur de leur diffuseur public : encore plus d’information leur permettant de mieux comprendre le monde, une programmation en dramatiques et variétés plus riche, plus d’émissions locales et régionales, une radio toujours créative, au diapason de la diversité, et plus d’événements rassembleurs donnant aux Canadiens l’occasion de célébrer ensemble les réalisations de nos artistes les plus talentueux.

488 M$

Gain total net au chapitre du PIB

355 M$

Impact total sur les revenus d’emploi

7 200

Emplois créés

L’élimination de la publicité engendrerait les retombées économiques suivantes : gain total net de 488 millions de dollars au chapitre du PIB, impact total de 355 millions de dollars sur les revenus d’emploi, et ajout de 7 200 nouveaux emplois.

Un modèle de financement sans publicité

Au-delà des avantages créatifs et de l’offre d’une meilleure expérience à nos auditoires, nous avons exploré en détail l’impact économique d’un modèle sans publicité pour CBC/Radio-Canada, pour les secteurs de la radiodiffusion et de la création, et pour les Canadiens, en collaboration avec le cabinet Nordicity, réputé pour ses analyses de pointe de l’économie et des politiques culturelles.

Ce modèle présente un important avantage économique : il assurerait une stabilité à CBC/Radio-Canada et à notre écosystème culturel. À l’heure où la culture canadienne suscite un intérêt et un engouement sans précédent, chez nous comme à l’étranger, il renforcerait l’impulsion que nous nous donnons avec notre transformation.

Le concert de The Tragically Hip de l’été dernier est l’une des expériences collectives les plus porteuses jamais vécues au pays. La diffusion de ce spectacle encensé par la critique ici comme ailleurs donne une bonne idée de ce qu’un diffuseur public sans publicité pourrait apporter aux Canadiens.

Lire le chapitre 5